fbpx

LE MANDARIN

Les impressions dites « fine art » sont vendus aux formats suivant :

  • 13x18cm (petit)
  • A4 (moyen)
  • 30×40 cm (grand)
  • 40X60 cm (très grand)

 

J’utilise pour cela un papier d’art de qualité professionnelle, pour un rendu mat et texturé. Elles sont livrées à plat dans une enveloppe cartonnée en lettre suivie. Vous recevrez le code de suivi dès que votre colis sera expédié.

20,00120,00

Effacer

A

Un mot de l'artiste

Certains y verront une réflexion cynique. Pour ma part, cette oeuvre à plusieurs lectures.

Mais tout d’abord, son titre fait référence à un épisode de la série britannique Black Mirror : le personnage principal y doit pédaler au quotidien, afin de gagner sa vie et de mener une vie quelconque. Pendant qu’une petite élite prend un malin plaisir à humilier ses semblables, dans ce qui apparaît comme une parodie de l’émission « La Nouvelle Star ». Sans rentrer dans les détails, il finit par se rebeller contre ce système qui l’opprime. Et c’est alors que, pendant un discours remarquable sur l’injustice que les gens subissent, il se voit proposer une place parmi cette même élite qu’il critique. Bref.. Vous devinez la fin…

Ainsi ce portrait est une critique du capitalisme ou l’argent est tout-puissant. Et ou des firmes géantes font la promotion de beaux idéaux tels que l’égalité et l’acceptation de soit. Mais seulement tant que l’auditoire est un potentiel « marché » à conquérir.. Un monde ou chacun se bat pour des miettes, les uns contre les autres tandis que certains se frottent les mains de notre aveuglement.

Je n’en oublie pas pour autant de faire mon auto-critique : à travers ce portrait j‘admets, non sans un certain cynisme, que je puisse m’enfermer dans la posture de l’artiste critiquant l’oppresseur. Celui-la même qui fera ma fortune lorsque ces derniers m’auront absorbé.. Comme bon nombre de mes confrères (et consœurs) artistes.

Je terminerais donc par dire, avec un brin de résignation, que nous sommes les principaux acteurs de notre condition. Mais que nous manquons également cruellement de modèle alternatifs depuis la chute de l’union soviétique. Non pas que cela ait été une réussite mais un idéal, venu d’ailleurs, ne serait pas de trop en ces temps troubles. Telle une éclaircie dans la tempête ?

Voilà, à défaut de faire ma fortune, n’hésitez pas à soutenir mon travail si celui-ci vous parle: pour cela vous pouvez m’envoyer un petit mot (gentil s’il vous plait) ou bien acquérir l’une de mes oeuvres.

Corentin Sauvage

© 2020 corentinsauvage. Tous droits réservés.