A

by Romain Cabos

BY Romain cabos

"Me redécouvrir à travers mes voyages"

Les trois portraits photographiques de cette exposition virtuelle vous emmènerons tout dʼabord en Afrique.

Sur les rivages dʼun village méconnu, à la frontière du Libéria: Soublaké. Ségé Kla, coiffé de son couvre-chef, est le responsable de Village au sein de sa communauté et fait figure d’autorité sur ces terres. Cʼest lui qui décide de lʼemplacement des maisons par exemple. Il est une des figures hiérarchiques respecté de tous et son regard transpire la bienveillance. Son rôle, comme il me l’a expliqué lors de mon passage, est ainsi de guider les siens et notamment les plus jeunes.  

Comme par exemple ce jeune pêcheur dont j’ignore encore le nom. Soublaké est un village modeste de pêcheurs, ou la vie suit sont court au rythme des marées et de la pêche. Il doit avoir 15 ans tout au plus et déjà ses traits sont ceux dʼun homme. Son corps est taillé par les tâches quʼil effectue chaque jour ; ces nombreuses heures passées en mer à remonter filets et casiers. 

Un travail dur, mais qu’importe : les pécheurs sont des marchands et leur condition de vie plus élevée.  En effet, Ségé Kla m’expliquait qu’un bon pêcheur est perçu comme un bon parti et un symbole de réussite sociale. Chacun rêvant d’améliorer son quotidien.

A

A

"De côte d'ivoire à la havane, une vie dénuée de superflus"

A

Vous l’aurez compris l’Afrique m’a profondément marqué. Tout comme Cuba. Ainsi j‘ai voulu également rendre hommage à ce peuple qui m’est si cher. Ce cliché, je l’ai pris au coin d’une ruelle sombre comme il en existe tant à la Havane. Devant ces immeubles insalubres nommés des « solars« . Cette photo incarne pour moi la situation et l’état d’esprit de milliers d’âmes, faite d’espoir et de résignation. Comme si le temps était figé et que les jours heureux se faisait espérer en vain.. 

Corentin m’a alors demandé ce qui relie ces trois personnes éparpillées des deux cotés de l’océan Atlantique. À cette question je répondrais : leur mode de vie dénué de superflus. Un rêve que l’on ose plus effleurer en occident selon moi.. Leur rapport au bonheur est ainsi plus terre-à-terre et un rien leur donne le sourire aux lèvres. Alors même que je suis un éternel insatisfait.. Tout ces voyages furent pour moi une belle leçon de vie. Toutes ces expériences m’ont permises de me rappeler ce qui compte vraiment et à quel point j’ai toutes les cartes en main dans ma quête de bonheur.

Pour plus d’infos, retrouvez le sur son instagram @21gproduction

Découvrir ...

Corentin Sauvage

© 2020 corentinsauvage. Tous droits réservés.